A mes enfants

Je perçois oui qu’il y a beaucoup de semeurs de graines

et qu’il y a beaucoup de gens qui,     effectivement il y a la peur enfin c’est quelque chose qui peut tous nous traverser      mais            je sens que justement par rapport à cet état sociétal ou un certain regard sur le monde ou avec beaucoup plus de violence avec peut-être une sensation qu’on arrive en face d’un mur            et du coup           on trouve des gens de plus en plus qui ont le courage        j’ai envie de parler de courage de faire des choses simples en fait

Une génétique en mouvement

Apparemment les enfants adoptifs

ils peuvent développer les maladies de leurs parents. C’est à dire que ce qui s’enregistre dans le corps, c’est énormément relié à ce qu’on entend et ce qu’on voit et ce qu’on croit.

Un décalage corps malade corps médical

Ce sont les voix de passage qui me passionnent

Et je parlais à mon Kiné tout à l’heure parce que j’ai été en colère. C’est à dire que je suis arrivée, c’était une chance pour lui parce que je me suis dit je lui donne une seconde chance quand même mais s’il me dit encore de relâcher mes mains à un moment donné où j’ai pas dans le cerveau le temps de relâcher      soit je vais m’énerver vraiment ou je vais partir et là je pense que je suis devenue toute rouge

Le groupe

C’est vraiment le groupe et le mouvement

évidemment le mouvement dansé, c’est à dire la musique et le mouvement. Le groupe, avec les autres. Alors les moments où je sens qu’il y a quelque chose qui bouge, c’est pas forcément parce que je suis en train de danser en rapport avec d’autres. Pas forcément mais je crois que le groupe est quand même prégnant dans la manière dont les choses se vivent.

Toucher et liberté

Peur d’être pas capable d’aller faire du bien à l’autre

je pense et petit à petit ça vient mais même aujourd’hui encore il y a encore des moments où je pose des questions “ça va, c’est pas trop fort ?” et donc la parole de l’autre est là pour rassurer mais déjà il y a un long chemin et ça fait évoluer plein de choses

La joie, une expansion

Je pourrais dire lorsque je suis vraiment là

enfin en disposition quand même. Par exemple là j’étais en week-end au bord de l’étang de Thau et les lumières    donc    un moment, une lumière et je me mets en disposition de           un éclairage une couleur un regard et d’un coup il y a quelque chose qui fait que je m’arrête et qui fait que je me mets en relation

Histoire de pommes de terre

Avec les enfants, je me suis rendu compte qu’il y avait colère et colère.

C’est à dire qu’il y a les colères qui sont très conscientes et qui du coup sont entendues et puis il y a les colères complètements hystériques qui      pffttttt

parce que tu te laisses dans ce cas là envahir par ton émotion et du coup ça a plus du tout le même impact

Une reconstruction 3

La danse c’est un petit peu entre les deux

c’est à la fois un piétinement, c’est un petit peu compliqué. C’était ma vision à l’époque. Et puis quand on s’est séparé j’ai dit “faut pas que tu meurs bête !”, on s’est quitté, tout de suite derrière j’ai dit “tu vas aller prendre un cours de danse, tu vas aller voir !”

L’attention et le toucher

L’attention du toucher elle permet déjà en fait

que le corps se rassemble donc la conscience se rassemble et donc les informations se mettent à circuler de façon plus interne donc j’imagine qu’il y a plus de cohérence tu vois

 

Une reconstruction 2

Je lui disais que j’allais super mal en ce moment

et il me dit mais par rapport au début où je t’ai vu mais tu ne te rends pas compte de la différence. Il dit la première fois où je t’ai vu je mettais un doigt sur ton corps je ne l’enfonçais pas d’un demi millimètre c’était impressionnant tout ton épiderme tout était tendu c’était impressionnant