Une porte vers le bonheur

Et tu prends une personne qui te dit qu’il a des maux                                                         et s’il te dit qu’il est heureux           

Tu vas mordre dans la vie

Là ma vie a changé            mon corps a changé                ma relation à l’espace aux autres             la perception du temps présent passé et futur              tout a commencé à changer et à être plus agréable

Du silence à la maladie

Sur mon expérience du cancer j’ai une croyance qui est assez ancrée en moi qui est que j’avais en tête que ce truc là allait m’arriver que de toute façon pour mes 50 ans il allait m’arriver quelque chose voilà mon cancer est arrivé l’année de mes 50 ans quand je dis “quelque chose” je sous entends une maladie grave voilà j’avais vraiment ce truc là cette croyance alors de là à me dire que finalement ce truc là ben c’est moi qui l’est fabriqué il n’y a qu’un pas que je ne sais pas trop si je l’ai franchi ou pas

La maladie, un élément déclencheur

Si on regarde les choses comme ça de l’extérieur il y a un avant et un après par rapport à l’annonce d’une maladie grave quand j’ai appris que j’avais un cancer y a avant quand je savais pas et puis il y a un après quand je l’ai su mais je suis absolument incapable de dire de mettre vraiment une frontière une limite donc il y a vraiment une continuité j’ai eu nettement le sentiment la conviction profonde que une fois que je l’ai su c’est comme si je le savais déjà avant qu’on me le dise

L’écologie du corps

On va voir la Saône on va voir le Rhône on va voir les petits oiseaux tiens y a pas beaucoup d’eau ou y a du courant Il y a ce côté de la nature qu’il fallait prendre dans la ville et en ville je ne pouvais jamais rester 24 h chez moi si j’étais pas malade Si j’étais malade obligé mais j’ai l’impression qu’il fallait que je sorte tout le temps alors ici à la campagne maintenant

Une reconstruction 5

Au début quand on revient à la maison on a moi j’avais parce que je dis pas on a je connais pas tous les autres moi j’avais un combat contre moi le corps et l’esprit étaient vraiment divisés là justement il y avait un combat contre mon corps c’était pas avec et c’est là où ça a pas tout payé certainement mais le fait d’avoir cette niaque le neurologue m’a dit mais vous vous rendez pas compte à quel point votre niaque votre envie de vous en sortir vous a aidé

Un mouvement relationnel

Si on me demande qu’est-ce que ça t’apporte je crois que ça m’a plus apporté au niveau de la relation qu’au niveau du corps c’est pour moi ce que j’en retire le plus c’est un peu comme si ce travail sur le corps et comme ce travail sur le corps se fait par la pensée hein le mouvement on le souhaite ou on le souhaite pas on le fait ou on le fait pas dès fois il y a des réflexes et c’est justement parce qu’on prend conscience de ces réflexes qu’on a mis pendant des années et qu’on essaie de s’en défaire qu’on essaie d’avoir des mouvements plus conscients cette conscience qu’on exerce et ben elle s’exerce aussi sur la parole sur le mouvement dans le sens relationnel

Une reconstruction 4

Je fais du hand-ball en fauteuil roulant dans une équipe, c’était juste pour côtoyer une équipe avec différentes pathologies, des pathologies complètement heu oh c’est excellent pour moi c’est une victoire vis à vis de mon accident ben je tire la langue à ce qui m’a fait avoir mon accident, à moi en partie, parce que on sait que les accidents c’est dû à tout un tas de choses et psychologiquement avoir un accident heu j’étais pas bien j’étais pas bien psychologiquement à ce moment là