La magie des bals

Faire partie d’un tout mais plus que ça que le tout en question il y a quelque chose vraiment de l’ordre de la création artistique mais c’est un faible mot de dire de la création artistique parce que c’est plus au niveau d’une émotion ce qui est ressenti je dirais la joie

Vers une libération du miroir

Ce qui était difficile c’était qu’il fallait que je fasse bien alors que dans le cours d’A. il ne faut pas que je fasse bien justement et ça ça me libère moi énormément parce que moi je suis plutôt assez scolaire et donc heu si j’ai le droit de ne pas faire bien et si elle ne me note pas à la fin du cours c’est quand même quelque part assez libérant

De l’art à la relation à l’autre


Elle disait à ma mère vous avez une fille incroyable elle est vraiment très douée et moi j’étais fière du coup le fait qu’elle m’ait valorisée le regard des autres changeait et mon regard vis à vis de moi même changeait et à partir de là quelque part dans ma tête je me suis dit il faut aller chercher chez l’autre une petite chose de bien parce que en allant valoriser ça tu as un travail de contagion sur tout le reste

Les danses celtiques et la mer

C’est la tristesse et la joie en même temps enfin c’est comme ça que je perçois les danses et la musique celtiques ça ça a à voir avec la mer pour moi

La mer et le granit et la lande

La salle de classe

Rectiligne, où on a le regard toujours vers l’avant et en Alexander on nous rappelle toujours notre dos mais on a passé notre temps à l’oublier quoi notre dos. Et le sol aussi on est constamment, petit, détaché arraché même du sol

L’écologie du corps

On va voir la Saône on va voir le Rhône on va voir les petits oiseaux tiens y a pas beaucoup d’eau ou y a du courant Il y a ce côté de la nature qu’il fallait prendre dans la ville et en ville je ne pouvais jamais rester 24 h chez moi si j’étais pas malade Si j’étais malade obligé mais j’ai l’impression qu’il fallait que je sorte tout le temps alors ici à la campagne maintenant

Giotto et les Madones

J’ai travaillé sur l’attachement et le détachement. L’attachement à la terre, à la mère. J’ai fait un travail sur la mère énorme mais surtout j’ai travaillé sur Giotto et les madones avec enfants

Un mouvement relationnel

Si on me demande qu’est-ce que ça t’apporte je crois que ça m’a plus apporté au niveau de la relation qu’au niveau du corps c’est pour moi ce que j’en retire le plus c’est un peu comme si ce travail sur le corps et comme ce travail sur le corps se fait par la pensée hein le mouvement on le souhaite ou on le souhaite pas on le fait ou on le fait pas dès fois il y a des réflexes et c’est justement parce qu’on prend conscience de ces réflexes qu’on a mis pendant des années et qu’on essaie de s’en défaire qu’on essaie d’avoir des mouvements plus conscients cette conscience qu’on exerce et ben elle s’exerce aussi sur la parole sur le mouvement dans le sens relationnel