La salle de classe

Rectiligne, où on a le regard toujours vers l’avant et en Alexander on nous rappelle toujours notre dos mais on a passé notre temps à l’oublier quoi notre dos. Et le sol aussi on est constamment, petit, détaché arraché même du sol

Mon corps mon véhicule

C’est avec lui, grâce à lui que je suis là alors donc j’allais dire donc j’en prends soin mais au delà de ça c’est effectivement lui qui va m’amener mes plaisirs qui va m’amener les douleurs c’est lui qui va m’amener quand même beaucoup ma façon d’être au monde

L’enseignement et la bienveillance

ça m’a appris la tolérance, je crois que je sais être à l’écoute des autres, pas toujours de moi, mais en tous les cas vraiment des autres, des élèves en particulier

L’écologie du corps

On va voir la Saône on va voir le Rhône on va voir les petits oiseaux tiens y a pas beaucoup d’eau ou y a du courant Il y a ce côté de la nature qu’il fallait prendre dans la ville et en ville je ne pouvais jamais rester 24 h chez moi si j’étais pas malade Si j’étais malade obligé mais j’ai l’impression qu’il fallait que je sorte tout le temps alors ici à la campagne maintenant

Chaque pas est important

J’ai pas dit maintenant je vais faire comme ça, ça a été un jour une prise de conscience assez rapide de me dire tiens mais quand tu marches chaque pas est important

Danse et handicap

Elles sont réjouies vraiment à chaque fois de danser et d’être au monde, d’être en lien. Parce qu’elles sont tout le temps ensemble, elles vivent ensemble et c’est une ouverture pour elles vraiment. Et de danser en public du coup voilà au début c’était pas possible du tout et maintenant il y a une demande de leur part. Enfin ça dépendait des personnes mais il y a une personne par exemple s’il y avait du monde elle partait, elle avait déjà commencé sur scène, elle partait où elle me tirait derrière les rideaux et puis elle partait