Du vélo pour une rencontre

Ce n’est pas un désir, c’est une certitude

Je me rends. Je me rends vers   un lieu   des personnes. C’est ce qui tisse ma vie ça. Je suis disposée vers en permanence. Je trouve que le reste, entre, c’est du remplissage. Enfin on peut remplir au mieux. Çà dispose. C’est la rencontre qui fait éclore tout ce qui a précédé.

La joie, une expansion

Je pourrais dire lorsque je suis vraiment là

enfin en disposition quand même. Par exemple là j’étais en week-end au bord de l’étang de Thau et les lumières    donc    un moment, une lumière et je me mets en disposition de           un éclairage une couleur un regard et d’un coup il y a quelque chose qui fait que je m’arrête et qui fait que je me mets en relation

Porteurs d’émotions

Et tout d’un coup il y a un calme

Y a, ouah        mais c’est ça être en vie. C’est une émotion formidable et c’est pas relié à mon père à ma mère à ma vie à mon mari à mes enfants à ce que je vis. J’ai l’impression que ça me rattache à quelque chose qui est plus grand que moi mais qui est en moi

La technique Alexander et la spiritualité

Il y a la technique Alexander, on pourrait la considérer comme une technique, point.

Alors il y a des gens qui disent “technique” c’est terrible, il faut changer le nom mais, mais moi finalement je dis que c’est très bien. Je trouve que c’est très bien c’est une technique mais après comment on la remplit. Et c’est très rassurant, c’est un cadre. Ça donne un cadre très clair. Mais après on peut en faire, disons que chaque être peut aussi le remplir, le vivre, le décliner

Histoire de pommes de terre

Avec les enfants, je me suis rendu compte qu’il y avait colère et colère.

C’est à dire qu’il y a les colères qui sont très conscientes et qui du coup sont entendues et puis il y a les colères complètements hystériques qui      pffttttt

parce que tu te laisses dans ce cas là envahir par ton émotion et du coup ça a plus du tout le même impact

Fasciathérapie, une réhabilitation du mouvement

Toucher un corps

et sentir si sa mobilité interne est là et quand elle est pas là, la restituer. Mais la restitution de la mobilité elle se fait presque seule par la présence. C’est à dire, le toucher c’est un toucher qu’il faut comprendre, il fait que

C’est comme si ça amenait la vie. Evidemment on parle dans des termes un peu plus

On parle de lien, du lien entre humain aussi